Ateliers Maurice Allais

MAAteliersEn alternance avec le Prix Maurice Allais de Science Economique, la Fondation Maurice Allais sous égide de la Fondation ParisTech a décidé d’organiser tous les deux ans des rencontres entre personnalités académiques et responsables économiques de haut niveau, en charge de politiques publiques comme d’entreprises privées ou publiques, pour mieux éclairer les uns et les autres sur la marche et l’avenir de notre monde économique et social.

Ces Ateliers Maurice Allais se situent dans la continuité de la démarche scientifique du Professeur Allais, qui avait toujours cherché à favoriser le dialogue entre praticiens et théoriciens de l’économie, notamment au sein du Groupe de Recherches Economiques et Sociales, le G.R.E.C.S, qu’il présida de 1945 à 1969 (cliquez ici pour en savoir plus).

Ils seront consacrés à des thèmes d’une grande portée pour nos économies du XXIème siècle, qui pour beaucoup d’entre eux ont déjà été abordés par les travaux de Maurice Allais. Les Ateliers Maurice Allais contribueront ainsi à mieux faire connaître l’œuvre du Prix Nobel d’Economie 1988 et à s’en inspirer pour nourrir la réflexion sur les débats économiques contemporains.

Atelier Maurice Allais 2022
Vendredi 3 juin 2022
Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Paris
11, rue Pierre et Marie Curie, Paris (5ème)

« Formation et croissance économique »

Programme

14h00-14h15 : Christine ALLAIS, Fondatrice, Présidente du Comité de fondation

Accueil

14h15-14h45 : Stefanie STANTCHEVA,
Professeur à l’Université Harvard, Membre du Conseil d’Analyse Économique, Prix Maurice Allais 2021

Le coût social de l’inégalité des chances

L’exposé discutera la politique de l’État et l’égalité des chances. Comment devrions-nous financer les investissements en formation pour améliorer la mobilité sociale ? Comment les citoyens perçoivent-ils l’égalité des chances et de possibles mesures pour améliorer cette égalité ? On se réfèrera dans cette intervention à la fois aux indications tirées de la théorie et aux données récentes de l’expérience.

14h45-15h00 : Discussion avec l’assistance

15h00-15h30 : Xavier FONTANET
Ancien Président d’Essilor, Professeur de Stratégie à HEC

Quelques réussites étrangères en matière de formation

Quels sont les systèmes de formation de différents pays que le chef d’une entreprise internationale peut trouver particulièrement performants, notamment du point de vue des capacités d’innovation et d’adaptation aux changements stratégiques de l’entreprise ? En quoi la Suisse et la Finlande, par exemple, offrent-ils matière à sérieuse réflexion ?

 

15h30-15h45 : Discussion avec l’assistance

15h45-16h10 : Pause-Café

16h15-16h45 : Ludger WOESSMANN
Professeur à l’Université de Munich, Directeur du Centre en Économie de l’Éducation

Le capital de savoir des Nations :
la formation et l’économie de la croissance

Pourquoi les peuples de l’Est Asiatique sont-ils environ neuf fois plus prospères que leurs grands-parents, alors que les peuples d’Amérique du Sud ne le sont que deux fois et demie ? En s’appuyant sur des données internationales de résultats d’élèves, notre recherche montre que les compétences de la population – appelées de façon agrégée le « capital de savoir » des nations – sont un facteur décisif de la croissance à long terme. Un modèle simple qui ne considère que les résultats scolaires et le niveau initial de PIB par tête permet d’expliquer les trois quarts des différences entre les croissances à long terme des divers pays. Une politique économique qui vise à la prospérité à long terme doit donc se concentrer sur la qualité de l’enseignement.

16h45-17h00 : Discussion avec l’assistance

17h00-17h30 : Bertrand MUNIER
Professeur émérite des Universités, ancien Directeur du département d’économie, ENS de Paris-Saclay,
Président du Conseil scientifique de la Fondation Maurice Allais

Former à comprendre et à innover
Leçons de l’expérience et idées de Maurice Allais

Une amélioration soutenable du « pouvoir d’achat » implique de redresser la tendance baissière des résultats de formation scientifique enregistrés en France depuis 30 ans. L’exposé se concentre sur quelques constatations-clés et suggère une voie étroite pour parvenir à combler ce retard. Restaurer une innovation soutenue appellerait une révision limitée mais cohérente de l’école élémentaire, des baccalauréats professionnels, du type d’organisation du système universitaire et de recherche et une amélioration de l’égalité des chances.

 

17h30-17h45 : Discussion avec l’assistance

17h45-19h00 : Cocktail

 —